Jeunesse

Publié le 2 Octobre 2009

Ma jeunesse est de marbre et de chrysanthème
D’existence supposée, de vide, d’abnégation
Lourde comme un silence, étouffante résignation
De ces regards méprisants chargés d’anathèmes

Mon enfance est d’ombre et de simulacre
De pourquoi, de mutisme, de matins froids
Oppressante mélancolie et destin étroit
De cette odieuse lassitude cynique et âcre

Je suis né le jour de ma mort en ce mois si froid
Si petit, qu’il n’atteint pas la trentaine
Interminable attente, lépreux en quarantaine
Accroché à ce cordon ruisselant d’émoi

Faîte taire ces grenouilles qui coassent dans ma tête
Sourcier désorienté par ces pleurs à grands flots
Cette angoisse enivrante, mon esprit et mes mots
Se remplissent de ténèbres, de fantômes, de peut-être

Dieux, anges ou démons, où que vous soyez
Délivrez moi de ce costume
Cette panoplie de fils posthume
De ce futur imparfait de mon passé décomposé

Rédigé par jacky Crinière

Publié dans #Textes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article